Loudun : un circuit des libertés à travers la ville

PLAN DU PARCOURS

C’est l’interprétation émouvante à la fin du spectacle du 6 septembre du chant « Liberté, j’écris ton nom » qui a donné l’idée à nos professeurs de poursuivre sur ce thème avec différentes actions tout au long de l’année scolaire, à commencer par un cours d’enseignement moral et civique, puis l’interprétation de nouveaux chants sur ce thème et enfin la réalisation de panneaux pour illustrer les libertés dans le cadre du concours de la LDH.

Nous avons emprunté les mots de Paul Eluard : sur mes cahiers d'écoliers, j'écris ton nom Liberté

Nous avons demandé à notre professeur d’Arts plastiques Mme Linarès d’expliquer les techniques utilisées :
« Le travail pratique des élèves s’est organisé surtout autour d’apprentissages de méthodes ! (avec une heure voire 2 par semaine, il faut rentabiliser le créneau !) Savoir optimiser le temps de réflexion, poser rapidement des idées en lien avec les apports de l’Enseignement Moral et Civique, et des apports techniques.

Ainsi, le croquis est ton meilleur ami ! Pour découvrir les inspirations de nos jeunes citoyens ! Mais aussi, apprendre à travailler au pochoir, utiliser le scotch à masquer, s’habituer à modifier l’onctuosité de la peinture acrylique en fonction de son usage ! Les panneaux de 30 cm sur 40 cm en contre-plaqué, ont été peints et vernis afin de leur assurer une certaine durabilité, au moins sur plusieurs mois, espérons-nous ! »
Le 22 janvier 2020, nous avons reçu la visite de M Philippe Pineau de la LDH de Châtellerault qui a assisté à notre cours d’arts plastiques et nous a donné de nombreuses idées pour enrichir nos panneaux.

Lorsque la municipalité a eu connaissance de ces réalisations, M Dazas, le maire a proposé de créer un parcours des libertés dans la ville de Loudun, considérant que « c’une belle initiative et c’est vrai que cette notion de liberté, elle est indispensable pour les jeunes, [..] C’est une chance que nous avons à Loudun, dans notre pays, d’avoir la liberté, la liberté de s’exprimer, la liberté de penser. [..].On a la chance d’avoir à Loudun plusieurs points relatifs à la liberté d’expression, la liberté de se soigner et la liberté de s’exprimer et donc ça va être pour la ville de Loudun une belle façon de faire découvrir notre cité. Les gens pourront découvrir la ville en allant de pancarte en pancarte vers tous les lieux qui existent. Ça va permettre de mettre un éclairage plus important sur notre ville. Nous avons aussi pris l’avis de Jacques Varennes : « La liberté, c’est votre oxygène, c’est la place qu’on laisse à la pensée, à l’expression de l’autre. Mais la liberté ne vaut que par l’usage que l’on en fait. Vous avez, avec des chants, illustré la liberté essentielle, la liberté minimum, la liberté qui se conjugue avec la fraternité. Oui, c’est important de découvrir ces besoins essentiels, avoir conscience que tout le monde n’en bénéficie pas, apprendre à s’en servir avec respect pour en garder toute la vertu ». [..] « C’est une quête indispensable, elle est un combat sans violence mais qui nécessite une ténacité indispensable. Il n’est jamais trop tôt pour s’y entrainer. » Nous avons aussi questionné M Barrois (Union Nationale des combattants) qui nous a donné quelques conseils :
- « Continuez à porter ces valeurs dans l’avenir, vous êtes une richesse pour la France de demain ».
- « Acteurs majeurs de l’avenir, soyez raisonnables, partagez ces libertés avec respect et dignité ».
- « Agir, combattre, défendre, proposer, construire, participer à la vie publique, tout cela pour vivre en bonne entente en respectant la liberté des autres. »
Quant à M Viau Robert, voici ce qu’il nous a transmis : « C’est important que les jeunes s’intéressent aux libertés car c’est quand on en est privé qu’on en mesure l’importance. La conquête des libertés doit rester un combat permanent ».On a donc bien compris qu’il est important de se battre pour défendre nos libertés par le dessin qui est un langage universel et par le chant qui est une autre manière de toucher le plus grand nombre.



Propos recueillis par Joachim Drouard, Tristan Jolly, Baptiste Rhéau, Quentin Rochoux